L'agriculture connectée

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

L’agriculture de précision est une forme d’agriculture issue de l’utilisation des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC). Elle repose sur une optimisation des pratiques à l’échelle parcellaire voire intra-parcellaire grâce à la meilleure compréhension et à la meilleure prise en compte des hétérogénéités de milieux. Appliquées à l’agriculture, les NTIC rendent d’ores et déjà de nombreux services, divers et variés, a leurs utilisateurs et se révèlent toujours plus prometteuses pour l’avenir.

Leur développement dans ce secteur aura pour vocation de répondre à la problématique actuelle majeure de l’agriculture : produire plus et mieux par le biais de la triple performance technique, économique et environnementale. De ces nouvelles technologies émergent de nouvelles pratiques qui permettront plus généralement à terme, l’émergence de nouveaux modèles agricoles.

Les capteurs, des outils indispensables à l’acquisition de données agricoles

Divers types de capteurs ont été développés ou sont en cours de développement pour répondre à un grand nombre de problématiques agricoles.

Les capteurs utilisés en productions végétales peuvent être répartis en deux groupes :

  • les capteurs permettant le suivi des cultures (stades, statuts azotés, et pression des adventices notamment)
  • les capteurs donnant des informations sur les propriétés du sol (état hydrique des sols, teneurs en éléments minéraux, etc)

Les capteurs de biomasse mesurent l’interaction de la lumière avec la végétation.

Dans le cas des capteurs multi-spectraux, largement utilisés aujourd’hui, différentes longueurs d’ondes sont mesurées ; ces mesures sont en- suite associées à des propriétés particulières de la culture. Ces capteurs sont positionnés sur des vecteurs d’acquisition et permettent ainsi l’obtention d’un grand nombre de données parcellaires : embarqués sur un tracteur (GreenSeeker® de Trimble, Nsensor® de Yara et beaucoup d’autres) ou sur un drone (Multispec 4c® d’Airinov) ou positionnés sur un dispositif à emplacement fixe dans une parcelle. Ils peuvent aussi être intégrés à des appareils à utilisation manuelle.

Les données ainsi acquises font ensuite l’objet d’un traitement de données duquel découlera un conseil adapté à mettre en œuvre sur le terrain : c’est le principe sur lequel repose les outils d’aide à la décision.

Les Outils d’Aide à la Décision (OAD), conseillers numériques de demain ?

Tout agriculteur a un jour utilisé un outil d’aide à la décision, parfois sans le savoir, par exemple pour régler son semoir, choisir une variété à cultiver, sa date et sa densité de semis mais aussi pour déclencher un traitement.

Ces outils existent sous une multitude de formes : une grille de décision, un article technique, mais aussi simplement par le biais d’un conseil d’un agriculteur voisin ou d’un technicien. Il est possible de considérer com me OAD toute entité qui in- fluence une décision prise par un agriculteur à un moment précis.

Le tout est d’avoir un OABD : un Outil d’Aide à la Bonne Décision !

Aujourd’hui, de nombreuses formes d’outils d’aide à la décision se dessinent dans le milieu agricole. Certains sont proposés par les instituts techniques, d’autres par les organismes de développement ou économique. Ce sont des outils numériques qui permettent, par exemple, d’évaluer la biomasse d’un colza par une simple prise de vue au-dessus de la culture. Cette donnée peut ensuite être utilisée par le plan prévisionnel de fumure, un autre outil d’aide à la décision reconnu par l’administration. Ceci permet de limiter la perte d’intrants azotés. d’évaluer la biomasse d’un colza par une simple prise de vue au-dessus de la culture. Cette donnée peut ensuite être utilisée par le plan prévisionnel de fumure, un autre outil d’aide à la décision reconnu par l’administration. Ceci permet de limiter la perte d’intrants azotés.

La technologie RTK au service de l’agriculture moderne

De nombreux tracteurs sont aujourd’hui commercialisés avec la technologie RTK en option ou en série.

Il s’agit d’une technologie de positionnement par satellite corrigée par une station terrestre pour apporter une précision de l’ordre du centimètre. Cette technologie est tout à fait adaptée à des applications de guidage de précision, comme le binage mécanique, ou le semis en strip-till par exemple.

Les robots, pour un désherbage plus respectueux de l’environnement

Les robots utilisés en agriculture sont issus de la combinaison de toutes ces technologies.
Les robots trouvent une utilité dans de nombreux domaines agricoles et ont notamment connu un grand succès suite à l’apparition des robots de traite.

La robotisation des ateliers de productions végétales facilite le travail des exploitants et favorise la mise en place de techniques de désherbage économes en intrants et plus respectueuses de l’environnement. Qu’il soit chimique, mécanique ou mixte, le désherbage robotisé est optimisé de manière à réduire au mieux l’intensité des interventions. Les robots de désherbage se développent notamment dans les domaines du maraichage et de la viticulture, où l’espacement des rangs permet au robot de circuler plus facilement grâce à ses guidages optiques et GPS. Ces robots sont capables de différencier les rangs de culture du reste de la parcelle.

Après reconnaissance d’une mauvaise herbe, et grâce au traitement d’image en temps réel, ils appliquent localement du désherbant chimique ou bien arrachent les plantes qui ne sont pas sur le rang (bineuse ou herse). Actuellement, la plus grosse marge de progression de ces outils se situe au niveau du désherbage dans le rang.

Les robots capables de désherber les grandes cultures sont actuellement encore peu développés mais présentent un avenir certain.

Contact

Vous souhaitez un renseignement ?

Tel :05 62 61 77 13

@:ca32_stechnique@gers.chambagri.fr

Nos actualités

Aucune actualité disponible.

Notre agenda

Aucune actualité disponible.