Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Photovoltaique sur bâtiment agricole : une complémentarité toujours d'actualité

Photovoltaique sur bâtiment agricole : une complémentarité toujours d'actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

La production d’électricité d’origine photovoltaïque sur bâtiment agricole dans les départements du sud de la France demeure un investissement attractif pour les agriculteurs. En effet, malgré les baisses du prix d’achat de l’électricité les projets restent, sous certaines conditions, économiquement intéressants sous l’effet de deux facteurs favorables : la diminution des coûts du matériel et celle des coûts de raccordement.

La vente d’énergie au service du financement du bâti

La création, la modernisation et la mise aux normes des bâtiments des exploitations sont des défis importants à relever pour les agriculteurs gersois. La mise en place d’un générateur photovoltaïque, quand il s’envisage sur la toiture d’un bâtiment à construire, peut permettre de financer tout ou partie des investissements afin d’éviter de faire supporter aux productions de l’exploitation le remboursement des annuités du bâti. Le financement de l’outil de travail est alors en grande partie porté par la nouvelle production d’électricité solaire.

Le raccordement subventionné à 40 % est venu augmenter la marge de manoeuvre : repères

Le coût du raccordement de l’installation au réseau public d’électricité, géré par ENEDIS, est un poste déterminant. Depuis 2017 une aide de 40 % sur les raccordements permet d’envisager la faisabilité de projet jusque-là impossible à développer. Pour raccorder un générateur de 100 kWc soit 600 m² de toiture sud, il est obligatoire d’avoir à proximité du futur bâtiment une ligne moyenne tension 20 000 volts (ligne trois fils qui porte le transformateur). Compte tenu des coûts constatés, aide déduite, il est possible de trouver de la rentabilité pour un raccordement ne dépassant pas 400 m de distance. Celui-ci se fera obligatoirement sur le domaine public (on ne raccorde pas au milieu d’une parcelle). ENEDIS étudiera la solution de raccordement la plus simple et la moins chère jusqu'à la ligne moyenne tension, mais en utilisant le domaine public.

Avoir une vision de l’ensemble des coûts relatifs au projet

Quand la centrale a vocation à équiper un bâtiment à construire, il faut d’une part s’assurer que celui-ci réponde au besoin agricole en termes de conception, et d’autre part avoir une vision affinée des coûts correspondants à sa réalisation, qui s’additionnent au coût de la centrale photovoltaïque :
• Terrassement
• Fondation
• Bâtiment
• Aménagement
Pour éviter de mauvaises surprises, le projet doit avoir dès le départ été étudié attentivement dans sa globalité. Une rentabilité en progression sur l’année 2018 La rentabilité d’un générateur s’apprécie en comparant la recette générée par la vente d’électricité avec le prix de l’investissement photovoltaïque (générateur, raccordement au réseau et frais d’études). Depuis quelques années, l’évolution à la baisse du prix de vente de l’électricité était compensée par une baisse proportionnelle du coût des investissements photovoltaïques. Le niveau de rentabilité évoluait peu. On constate sur l’année 2018 que le rythme de baisse du prix d’achat de l’électricité par EDF ralentie, comme l’illustre l’évolution du prix au cours des 6 derniers trimestres, alors que sur la même période celui du prix du matériel s’accélère très sensiblement, améliorant mécaniquement la rentabilité d’un générateur solaire.

Une méthode qui a fait ses preuves

Le prix de vente de l’électricité est une politique publique pilotée par l’Etat. Celui-ci est déterminant dans l’équation d’analyse d’opportunité des projets. Si nous ne décidons pas de ce paramètre, en revanche il est possible par différents leviers d’influer sur la rentabilité des projets en maximisant l’effet de baisse du prix du matériel.

Trois leviers actionnés par la Chambre d’agriculture du Gers pour obtenir les meilleures conditions de rentabilité.

Levier 1 : A l’obtention du permis de construire : dépôt rapide de la demande de raccordement auprès d’ENEDIS pour obtenir le contrat fixant le prix de vente de l’électricité. Une fois le porteur de projet titulaire de son contrat il dispose d’un délai de 12 à 18 mois pour réaliser et avoir mis en service sa centrale.
Levier 2 : Pendant ce délai administratif de 12 à 18 mois il est inutile de s’engager trop tôt avec un installateur. En effet, considérant que le prix du matériel baisse, tout devis signé prématurément vous empêcherait de bénéficier de la baisse tendancielle des prix. C’est pour cela que la Chambre d’agriculture propose de décaler l’acte d’achat de la centrale au plus près de la fin des délais administratifs de 18 mois.
Levier 3 : Se regrouper pour obtenir des conditions préférentielles sur le prix du matériel grâce à un volume d’achat important.

En 2018 la Chambre d’agriculture a constitué deux groupes d’agriculteurs, l’un pour la réalisation de 44 générateurs au 2ème trimestre, l’autre pour celle de 35 générateurs supplémentaires au 4ème trimestre. Le gain constaté sur le montant d’un générateur de 100 kWc, par rapport à des démarches individuelles de consultation d’entreprises, est d’environ 12 à 15 000 €, soit une économie de 20 %. Le poids de négociation qu’instaure la démarche collective est indiscutable. Les entreprises au fil des appels d’offres, sont de plus en plus nombreuses à formaliser des offres performantes, reflet du crédit apporté à ces marchés groupés.

Des prix d’installation compétitifs conjugés à des exigences de qualité élevées

Le partenariat entre la Chambre d’agriculture et deux bureaux d’études spécialisés et indépendants permet de garantir une haute qualité des investissements, ainsi que de leurs conditions d’exécution.

• Conception de l’architecture électrique du générateur en toute indépendance d’intérêts commerciaux.

• Consultation des entreprises en groupant les marchés de travaux à l’aide d’un cahier des charges fixant les exigences de qualité du matériel, de performance des prestations et des conditions de leurs réalisations, ainsi qu’une lisibilité précise des contenus des devis remis. Chaque porteur de projet est libre de choisir l’entreprise qu’il souhaite parmi les participantes, sur la base d’une analyse détaillée des offres réalisées.

• Sécurisation du projet et de l’ensemble des démarches administratives de la demande de raccordement jusqu’à l’édition de la première facture de vente d’électricité.

 

Retrouvez l'intégralité de l'article dans la rubrique Volonté paysanne du Gers : gers.chambre-agriculture.fr/volonte-paysanne/nos-derniers-articles/agroenvironnement/energies-renouvelables/