Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Une charte pour un meilleur voisinage

Une charte pour un meilleur voisinage

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Du 2 au 6 décembre vous êtes invités à ramener bidons et emballages de produits phytosanitaires vides. Ces contenants de produits et semences seront recyclés pour le bien de tous. Dans le même but, le 12 décembre, une collecte des produits phytosanitaires non utilisables sera opérée chez les fournisseurs du département.

Ces deux actions importantes viennent, à l’instar de la formation certiphyto ou le contrôle des pulvérisateurs, protéger l’environnement et les risques d’accidents dans nos exploitations. Souvent méconnues du grand public, ces actions méritent d’être mises au grand jour.
En effet, poser le sens des responsabilités et le professionnalisme des agriculteurs c’est bien l’esprit de la charte de bon voisinage. Proposée par le syndicalisme, cette charte ouvre un espace de discussion sur les sujets de protection des plantes, de manière pragmatique et dépassionnée.
Tout l’inverse du vent médiatique ambiant, dont la diabolisation et le sectarisme sont les maîtres mots pour construire un monde dit « nouveau ». Un nouveau monde sans pesticide, ni engrais, ni gazole, juste jardiner le paysage avec ses mains et remettre des haies colorées. Un monde paisible où les sangliers broutent les cultures, dans lequel les agriculteurs sont rémunérés pour ne pas stresser les loups ni les ours qui étripent leurs troupeaux, et évitent de faire du bruit près des résidences secondaires le week-end. Qui peut croire en pareils destins pour le monde agricole ?
Et pourtant, les premiers signes de dérives sont perceptibles sans que personne soit réellement comptable des pertes pour les gens du métier. Notre volonté est toute autre : fixer de la valeur ajoutée sur notre territoire, construire une souveraineté alimentaire durable et moderniser notre métier dans le respect de l’environnement. Ainsi, la charte de bon voisinage existe pour ouvrir le chemin d’une concertation, d’une compréhension mutuelle pour mieux cohabiter sur le territoire. Voilà pourquoi la Chambre d’agriculture du Gers signe cette charte.

Bernard MALABIRADE
Président de la Chambre d’Agriculture du Gers