Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Qui sont les nouveaux installés en agriculture?

Qui sont les nouveaux installés en agriculture?

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Depuis plus de 10 ans, 60 à 70 installations agricoles avec les aides de l’Etat se réalisent dans le département. Bien que ne compensant pas les arrêts d’activités agricoles, le Gers se place en 3ème place en termes de dynamique d’installations JA au niveau Occitanie derrière l’Aveyron et le Tarn.

Sur leurs profils :

Au niveau des jeunes qui sollicitent les aides de l’Etat (DJA), 71 dossiers ont été déposés en 2019. Sur ces installations, la moyenne d’âge se situe autour de 29 ans et 1 projet sur 4 est porté par une femme. L’origine des jeunes installés est majoritairement gersoise (75 %) mais sur les quatres dernières années, 1 installation sur 4 est réalisée en dehors du cadre familial.


Sur leur activité :

Les filières concernées par les installations DJA sont représentatives de la diversité de l’agriculture départementale. Les productions végétales restent prépondérantes cependant la proportion des installations tout atelier d’élevage confondu atteint 26 % des installations.
De plus, les systèmes non-spécialisés (cohabitation de plusieurs ateliers sur l’exploitation) représentent sur les 4 dernières années plus d’un tiers des installations. Des caractéristiques propres aux nouveaux installés : développement de l’agriculture biologique, de l’irrigation, des circuits courts, …
Le développement de l’agriculture biologique a le vent en poupe dans le Gers avec plus de 24 % des agriculteurs qui ont fait le pas de la conversion. Cette tendance est encore plus marquée dans les jeunes générations puisque 53 % des jeunes installés présentent au moins un atelier de production en agriculture biologique. Le développement des circuits courts est également assez présent dans le Gers avec des filières historiques propices à la vente directe (palmipèdes gras, viticulture, …). Cependant, là encore, chez les jeunes installés cette tendance est encore plus poussée puisque 38 % des installations présentent une commercialisation en circuits courts.