Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Nuisibles : enquête "impact des prédateurs et animaux déprédateurs"

Nuisibles : enquête "impact des prédateurs et animaux déprédateurs"

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Afin de maintenir ou de conforter le classement des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts (ex nuisibles, ESOD- second groupe) en application des dispositions des articles L. 427-8 et R. 427-6 du Code de l'environnement, un enquête est proposée.

Ce classement permet de réguler les populations d'un certain nombre d'espéces de la faune sauvage par des moyens autres que la chasse, notamment en battue ou par piégeage. Une justification basée sur des dégâts avérés est obligatoire pour solliciter ce classement administratif auprés du Ministére en charge de l'environnement (tous les 3 ans).

Nous demandons donc tous les agriculteurs ayant eu des dégâts, ainsi qu’aux leveurs de volailles domestiques et de petits animaux de remplir l'enquête en ligne :

https://www.chasse-nature-occitanie.fr/gers/reglementation-generale/documents/dA-claration-dA-gA-ts.pdf

Aucune espèce n’est indésirable, mais il est noter que trés souvent, les dégâts causés par des espéces comme la fouine, la pie bavarde, la corneille noire (couramment appel e corbeau), le geai des chênes, mais aussi le renard sont très dommageables et couteux.

Vos réponses permettront ainsi de recenser et caractériser l’impact de ces animaux sur les productions agricoles (céréales, maraichages, arboriculture, viticulture, stocks d'ensilage, autres …) et sur les élevages (volailles, petits animaux, etc.).

Le sanglier, le cerf ou le chevreuil ne sont pas concernés par cette enquête. D'autres espéces, le blaireau qui ne relèveve pas actuellement de statut de nuisible, le choucas des tours ou les goelands qui sont protégéss au regard de la loi, peuvent engendrer un préjudice aux activités agricoles. Mieux connaître les dégâts qu’ils causent pourra permettre de rechercher des solutions adaptées.

Nous savons que les agriculteurs sont contraints, en plus de la conduite de leur exploitation, de nombreuses formalités administratives, dans un contexte économique exigeant, et que cette enquête n’ouvre droit aucune  indemnisation ni réparation sous aucune forme, néanmoins nous vous sollicitons car un effort de déclaration est particuliérement nécessaire cette année.

Contacts : www.gers.chambre-agriculture.fr   ou  www.chasse-nature-occitanie.fr/gers/