Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Le désherbage mécanique pour lutter contre les adventices

Le désherbage mécanique pour lutter contre les adventices

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Le désherbage mécanique est basé sur deux grands types de matériel. Les outils qui interviennent en plein, à la fois sur

le rang et l’inter-rang sont les plus utilisés sur les céréales. On retrouve dans cette catégorie les herses étrilles, les

roto-étrilles et les houes rotatives.

Le principe de fonctionnement de ces matériels est basé sur une différence d’enracinement et de résistance à l’arrachage entre la culture, qui doit être à un stade suffisamment installé, et des mauvaises herbes peu enracinées. Pour limiter les impacts sur la culture, il est recommandé de soigner la qualité du semis et d’augmenter la densité (+10%) de la céréale. Il ne faut pas de grains en surface et surdensifier permet de compenser les pertes possibles lors du passage du matériel. Il convient d’intervenir sur un sol ressuyé à sec et suivi d’au moins 1 à 2 jours sans pluie, pour limiter les repiquages. Ces contraintes peuvent, selon les années et les types de sol, conduire à un nombre limité de jours disponibles pour réaliser des interventions en conditions optimales. Avec ces outils, il est également possible de positionner une intervention entre le semis et la levée (passage à l’aveugle) pour éliminer les premières germinations d’adventices

Le binage intervient uniquement dans l’inter- rang Il sera donc nécessaire de compléter le travail pour gérer le rang.


Du fait de pièces travaillantes plus agressives, les bineuses seront plus efficaces sur des adventices un peu plus développées ; par contre, elles ne pourront pas intervenir à des stades très précoces. Pour faciliter le binage, il est possible d’utiliser des systèmes de guidage (RTK, caméra, …) et/ou d’élargir les inter-rangs. Dans les potentiels de rendement de notre département, l’écart de rendement est minime jusqu’à 30 cm d’écartement entre les rangs de blé tendre. Au-delà, des pertes peuvent effectivement être mesurées à partir de 45 cm d’écartement (jusqu’à 30% de moins en rendement).

Contact :

• Pôle Innovation et Systèmes de Production Anthony Page - Tél. 05.62.61.77.54. mail : isp@gers.chambagri.fr
• Arvalis Institut du Végétal - Aude Bouas et Jean-Luc Verdier mail : a.bouas@arvalis.fr