Vous êtes ici : Accueil > Actualités > "La menace du sanglier"

"La menace du sanglier"

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Voilà 30 ans, le sanglier n’existait quasiment pas sur notre territoire. Aujourd’hui, cette espèce menace nos cultures quotidiennement. Des dégâts de sangliers multipliés par dix en 2019, par rapport à 2018, nous amènent à penser que la situation est hors de contrôle avec les moyens dont nous disposons aujourd’hui.
Les syndicats agricoles, la Fédération des coopératives avec la Chambre d’agriculture ont travaillé avec la Fédération des chasseurs du Gers pour élaborer un plan de maîtrise de cette population. Ce plan se décline en 10 propositions détaillées à l’intérieur de la Volonté Paysanne. Il sera validé dans les prochaines semaines par les pouvoirs publics pour une appréciation en 2020. Ces mesures d’urgence doivent nous ramener à une situation normale dans les deux années qui viennent. Un contrat moral nous lie avec les chasseurs : les agriculteurs mettent  à disposition leurs parcelles et les chasseurs en disposent pour s’adonner à leurs passions. Ainsi, les chasseurs régulent les espèces nuisibles et indemnisent les dégâts après expertise de la Fédération départementale des chasseurs. Ce contrat moral, inscrit dans la loi, peut très vite être battu en brèche face à l’incapacité des chasseurs à maîtriser les populations et à indemniser les pertes.
L’érosion du nombre de chasseurs n’altère pas pour l’instant les prélèvements de sangliers qui augmentent régulièrement. Preuve que les chasseurs sont totalement engagés dans la gestion des nuisibles. Mais nous sommes très préoccupés par la baisse du nombre de passionnés de cette activité. Aussi, j’invite chaque agriculteur à mettre tout en oeuvre pour faciliter l’action de chasse et la régulation du sanglier. Car la régulation des nuisibles est un prolongement naturel de l’acte de production.
Devenir ou redevenir agriculteur-chasseur est une des réponses positives pour regagner un peu de sérénité face à nos récoltes détruites. Dans tous les cas, chacun devra trouver l’action qui fera sens pour lui face « au front du sanglier ».

Bernard MALABIRADE
Président de la Chambre d’Agriculture du Gers