Vous êtes ici : Accueil > Actualités > La maîtise de la production de maïs en agriculture biologique

La maîtise de la production de maïs en agriculture biologique

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

La maîtrise du maïs en mode biologique passe par plusieurs étapes

La maîtrise du maïs en mode biologique passe par :

La maîtrise des adventices, c’est-à-dire : La stimulation de la culture :

- avec des variétés vigoureuses et port couvrant - pour choisir la variété adaptée voir les résultats d’essais
par région pédoclimatique.
- en adaptant la précocité et la résistance à la verse.
- par une alimentation adéquate, c’est-à-dire en comptabilisant un besoin de 2,5 unités d’azote disponibles
par qal de grain espéré.
- dans un sol réchauffé, c’est-à-dire en retardant les semis jusqu’à début mai, toutefois sans excès : le
risque de gel est réel sur mais tardif dès le 15 novembre dans le Gers.
- avec une densité suffisante et un faible écartement adaptés car moins de lumière = moins de levée d’adventices.
- par une rotation adaptée : diversité des cultures et présence de légumineuses, y compris comme couverts.


Le contrôle direct des adventices :
- par des déstockages estivaux dans la rotation
- avec des couverts végétaux allopathiques (ex : avoine seigle épeautre)
- avec des opérations de fissuration estivales pour contrôler les vivaces
- en réalisant des labours selon la nécessité (ex : boulbènes)
- grâce à des faux semis printaniers.
- par les désherbages mécaniques : houe rotative en premier puis herse étrille à 5-6 Feuilles puis bineuse
avec ses accessoires (guidage - doigt rotatif - roto étrille, etc.).

•  L’alimentation de la plante qui nécessite :
-Une structure de sol favorable liée au travail du sol n’induisant pas de semelle, ni trop de terre fine
propice à la battance. Cette faible stabilité structurale peut être améliorée ou limitée par les amendements ; liée à la vie biologique active des sols, grâce aux couverts végétaux, aux fumiers, aux fientes qui sont la
nourriture, des aliments pour les bactéries ; une densité suffisante et faible écartement adaptés = moins de lumière = moins de levée d’adventices.

-Un salissement parfaitement maîtrisé grâce à la rotation

- Une disponibilité suffisante d’éléments nutritifs : N P K Mg Ca Zn : compter : 2,5 unités d’azote disponible
par qal de grain espéré, c à dire pour 80 qx/ha, 200-210 unités sont nécessaires réparties comme suit : fertilisation localisée 2*300 kg, couvert légumineuse, fientes 3-4 tonnes. La fumure reste avec l’irrigation
la charge la plus élevée pour le maïs, en l’absence de couvert la charge sera plus élevée de 30 % en fumure
soit 500 €/ha total.

-Une disponibilité suffisante en eau pour le maïs : c’est-à-dire une RFU favorisée par des sols fissurés, profonds, à bonne réserve hydrique, avec une irrigation en complément (prévoir 200mm).

• La gestion des accidents de parcours :
- les attaques de limaces : parfois favorisée par certains couverts (avoine), peuvent être limitées grâce au SLUXX HP BABOXX IRONMAX PRO, anti limace à base de phosphate ferrique.

- les attaques tardives de cyrphis ou d’heliotis, peuvent être rattrapées par des produits bactériens issus du
Bacillus Thuringiensis spp kurstaki DIPEL DF ou DELFIN ou SCUTELLO DF, mais encore avec le SUCCES 4 ou MUSDO 4, homologué aussi en foliaire depuis février dernier(spinosad)

- pour la question épineuse des taupins : enfin LE SUCCES 4, Insecticide biologique, vient d’obtenir sa dérogation pour le maïs et sorgho en micro granulé localisé au semis. Issue d’une bactérie la matière active, le SPINOSAD est doté d’une efficacité intéressante, tout en respectant les auxiliaires.

- les mouches de semis, comme pour le soja ou le lupin, sont perturbées par les passages d’outils lors des faux semis fin avril. .En cas de sol froid, retarder les semis après le 10 mai, mais le SUCCES 4 est aussi autorisé comme pour les vers grisnoctuelle,

- les trichogrammes peuvent aider à contrôler les attaques de pyrales, comme le SUCCES le fait, contrôlant aussi celles de sésamies en début de végétation.

Le maïs se cultive et se commercialise en bio grâce aux multiples  partenaires commerciaux coopératifs ou négociants. Il reste une production intéressante, à condition que les principaux maillons de sa culture soient respectés :
- choisir une parcelle « fraîche »
- respecter une rotation adaptée
- contrôler efficacement les adventices
- et enfin satisfaire de façon économe l’appétit de ce géant vert.

 

Contact : Chambre d'agriculture du Gers-pôle agronomie-productions végétales : 05.62.61.77.13 - Retrouvez l'intégralité de cet article dans la rubrique Volonté Paysanne du Gers