Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Aviculture : pour l'abattage, des analyses à effectuer et à transmettre

Aviculture : pour l'abattage, des analyses à effectuer et à transmettre

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Afin de garantir la qualité sanitaire des produits, des autocontrôles en abattage sont à réaliser régulièrement sur les poulets de chair et sur les dindes. Les résultats étaient jusqu’à maintenant à conserver pour les visites des services vétérinaires. A compter du 1er janvier 2020, les résultats doivent être transmis aux structures chargées de la centralisation de ces données.

Quelles sont les analyses demandées ?

Les analyses à transmettre concernent la détection de salmonelles (pour les dindes et les volailles de chair) et de campylobacter (poulets de chair uniquement) lors de l’abattage des animaux. Les structures n’effectuant que de la découpe et/ou de la transformation ne sont pas soumis à ces autocontrôles.

Qui est concerné ?
Toutes les structures d’abattage, qu’elles soient agrées ou non agrées,doivent transmettre les résultats de leurs autocontrôles. Toutefois, le destinataire sera différent selon le statut sanitaire de l’atelier. La Fédération des Industries Avicoles (FIA) et le Comité National des Abattoirs et ateliers de DEcoupe de Volailles, lapins et chevreaux (CNADEV) ont développé une base de données nommée DONAVOL. Cette base de données recense les informations issues des ateliers agréés. Pour les abattoirs individuels à la ferme ou les salles d’abattage à la ferme, les résultats des autocontrôles sont à transmettre à contact@donavol. fr .

Pour les structures non agrées (tueries), les informations doivent être transmises chaque année à la Direction Générale de l'ALimentation (DGAL) via un formulaire disponible à l’adresse suivante : http://enquetes.ac-sg.agriculture.gouv.fr/index.php/173635?lang=fr.  L’envoi des résultats d’autocontrôles  se fait en complément de l’archivage des documents.

En cas de visite sanitaire, les résultats doivent être facilement transmissibles. Rappel de la méthode de prélèvement. La fréquence de réalisation dépend du type d’établissement (agréé ou non), du volume d’animaux abattus et de la notation attribuée par les services vétérinaires lors de l’inspection sanitaire :

Dans le cadre général, 15 carcasses ressuyées d’un même lot doivent être prélevées au niveau de la peau du cou (10g par animal est suffisant). Les 15 prélèvements sont regroupés par groupe de 3 afin de constituer 5 séries de 3 échantillons, et que chaque série fasse 30 g minimum. Les échantillons sont envoyés en suivant au laboratoire afin de respecter un délai maximal de 48 h entre l’envoi et la réalisation de l’analyse.