Vous êtes ici : Accueil > Actualités > André Daguin, icône de gascogne

André Daguin, icône de gascogne

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Chacun gardera en mémoire une image, une phrase, une boutade, une recette, une tape dans le dos, un coup de gueule, un large sourire, un verre partagé. Et des histoires écoutées religieusement lorsqu’il les partageait avec ses amis de la Ronde des Mousquetaires.
Ses instants magiques nous les avons dégustés et les raconterons à notre tour pour témoigner d’André Daguin, emblématique Gersois, infatigable défen leur de la Gascogne, de ses traditions, de ses produits. Bien sûr il révolutionna la cuisine avant beaucoup d’autres, à une époque où devenir star demandait bien plus que quelques clics sur la toile. Sortir le magret du pot de graisse pour lui offrir une place de choix sur les menus du monde entier fut une idée de génie qui ne peut suffire à raconter André Daguin. L’auscitain ne fut pas seulement un chef étoilé de la gastronomie française, il fut un infatigable défenseur du Gers. Outre-Atlantique pour vendre les premières bouteilles de Côtes de Gascogne, sur les plateaux de télévision pour de fausses joutes avec un complice nommé Pierre Buffo pour mettre en avant un poulet du Gers élevé en plein air…, l’ancien président de la Chambre de commerce et d’industrie gersoise ne perdait jamais une occasion de vendre son pays.
Ces dernières années, alors que d’aucuns aurait pu le croire dans une vie bien rangée, il poursuivait un combat. Celui de « l’esprit du sud ». Avec ses amis coursayres, tauromaches, avec les chasseurs de palombes et tous ceux pour qui Sud-Ouest rime avec bon vivre, rugby, courses de vaches ou de toros, il s’élevait face à ceux qui piétinent ces valeurs, des valeurs qui l’ont construit et guidé tout au long de sa vie.
A l’heure où le monde agricole est montré du doigt, à l’heure où notre ruralité subit des attaques injustes, puisons dans l’héritage que nous laisse André Daguin, la force de nous battre pour défendre nos valeurs, nos produits, nos traditions, notre Gascogne. C’est la meilleure façon de dire à l’icône de notre Gers, merci Monsieur Daguin.

Bernard MALABIRADE
Président de la Chambre d’Agriculture du Gers