Vous êtes ici : Accueil > Actualités

Détail de l'actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Abattoir de Condom : concertation autour d'un nouveau projet

Le 19 octobre dernier, à l’invitation du Président de la communauté de commune de la Ténarèze, M.Gérard Dubrac et du Président de la Chambre d’agriculture du Gers, Bernard Malabirade, une centaine d’éleveurs et d’acteurs de la filière viande gersoise étaient réunis à Condom pour échanger sur l’évolution du projet de l’abattoir de Condom.

Monsieur G. Dubrac a rappelé l’historique du dossier, la fermeture de l’ancienne structure, et la nécessité de penser un nouveau projet adapté aux besoins du territoire et conforme aux exigences sociétales et administratives. Théoriquement, le besoin existe sur le territoire autour de Condom, éloigné des abattoirs du Lot-et-Garonne, des Landes, du Gers bien sûr et de la Haute-Garonne. Au stade actuel de l’étude de faisabilité sur la construction d’un nouvel outil neuf à Condom, projet porté par la communauté de commune, il est important de préciser ce potentiel d’apport.

Cet outil se veut « multiservice », c’est-à-dire ouvert à toutes les espèces, y compris le gibier, accessible pour l’abattage d’urgence également, et une salle de découpe lui sera associée. L’objectif est de traiter 1000 tonnes annuellement. Comme le soulignait B. Malabirade, le métier de l’abattage évolue et il faut aujourd’hui des outils adaptés pour les filières courtes et de proximité. En ce sens, ce projet est complémentaire de l’abattoir d’Auch, majoritairement dédié à la filière longue et mono espèces. Si toutes les conditions de démarrage sont réunies avant la fin de l’année, aides financières, schéma de gouvernance, garanties d’apports, l’ouverture du nouvel abattoir est espérée pour le début de l’année 2021. Une prochaine réunion, ouverte à tous les éleveurs du territoire, aura lieu le lundi 19 novembre 2018 à 21 heures, salle des Cadets de Gascogne à Condom. Elle doit permettre de compléter la liste des apporteurs potentiels. La Chambre d’agriculture reste très mobilisée sur ce projet qui représente une opportunité pour le territoire et pour les filières d’élevage gersoises.